Vernissage Stick and rag / Stephen Felton

Exposition monographique
Entrepôt-galerie du Confort Moderne
Du 11 avril au 09 mai 2015

Au Confort Moderne, trente années de soutien actif à la création, et de collaborations artistiques ont abouti au dépôt par les artistes invités de plus d’une centaine de pièces dans les réserves, parmi lesquelles des œuvres de Davide Balula, Bruno Peinado, Emilie Pitoiset, Jacques Villéglé, Josh Smith, Rita Ackerman, Sarah Braman, ou encore Marianne Vitale.  Comme une réponse à l’exposition Engagements au Musée Sainte-Croix (qui met en lumière l’ « engagement » des collectionneurs envers de jeunes artistes qu’ils soutiennent sur le long terme), le Confort Moderne a ainsi choisi de sortir ces œuvres des réserves, et a proposé au peintre new-yorkais Stephen Felton de travailler à partir de cette collection qui n’en est pas une.

Les peintures de Stephen Felton sont d’une simplicité qui peut s’avérer d’abord déconcertante. Elles obéissent presque toujours à la même logique visuelle : un ou plusieurs traits de peinture colorée sur une toile écrue. Cette recette connaît des variations plus ou moins grandes (mélange de couleurs, fonds noirs occasionnels, complexité dans la composition), mais sa méthode ne change pas : 1) entrer dans son atelier, 2) saisir ses pinceaux et ses pots de peinture acrylique, 3) peindre spontanément et à main levée ce qui lui passe par la tête, 4) évaluer le résultat, 5) valider ce résultat ou revenir à l’étape 2) après avoir tendu une nouvelle toile apprêtée. On pourrait dire que ses peintures ont le charme de leur simplicité. Car comme le souligne un autre peintre, Hugo Pernet, « peindre à main levée demande une certaine décontraction, alliée à une concentration intense. Il faut être à la fois sûr de son geste et relativement tolérant quant au résultat».

Mais cette méthode ne sert pas simplement à produire des oeuvres, elle structure la vie toute entière de l’artiste autour de la peinture. Et cette forme d’ « engagement » quotidien dans le travail est un antidote au romantisme qui parasite si souvent nos conceptions du médium pictural, notamment celle d’une pratique d’atelier héroïque, douloureuse, constituées de luttes épiques entre les forces créatives et le chaos. Peindre, nous dit Felton, est une activité qui n’est pas forcément glorieuse, mais qui est douce et constante.

Felton expérimentera néanmoins une nouvelle méthode de travail au Confort Moderne, en associant à des peintures sur toile des séries réalisées directement sur les murs de l’entrepôt-galerie, dans tout l’espace, et en travaillant à partir de cette non-collection.  Stick and Rag sera donc à la fois une exposition de son propre travail, et une scénographie pour ces œuvres, installées temporairement dans l’entrepôt pour inventaire. Comme l’explique l’artiste en 2014, « les images que je peins découlent de mon état d’esprit quand je pénètre dans mon atelier. A moins que je ne travaille sur une exposition spécifique. Et alors, qui sait ce qui peut arriver ? »

Source : Le Confort Moderne



Laisser un commentaire